Dubai et la sécurité

4 10 2010

Réponse à Carole par message, à ces questions sur le message d’hier.

Parce que Carole pose tjs des questions intéressantes, comme bien d’autres lecteurs de ce blogs d’ailleurs

J’ai la chance d’avoir un « lectorat » régulier et intéressant 😉

1. « Un des pays les plus sûr du monde » : mais quel est le secret pour un minimum de criminalité ?
C’est amusant car l’image « cliché » de Dubaï dans la presse occidentale est composée notamment de prostituées des pays de l’Est, d’investissements liés au blanchiment de l’argent, de trafic d’alcool.
Alors comment font-ils respecter l’ordre ?

J’ai perdu de vue depuis tout ce temps l’image de Dubai par les médias occidentaux… ? La criminalité à Dubai est égale ou presque à 0, ce qui fait que quand il se passe qq chose, on on entend bp parler ! Bon par contre quand il se passe qq chose, c’est tout de suite du lourd : une expat Occidentale tuée dans un parking, on a jamais su pourquoi ni par qui, une chanteuse libanaise sauvagement tuée à JBR il y a 2 ans par son richissime amant (enfin, par un homme de main – et d’ailleurs le verdict est tombé il y a qq jours), et surtout, l’année dernière, un chef de guerre tchétchène tué d’une balle dans la tête, dans notre parking de JBR !!!

JBR, c’est peut-être le coin le + dangereux de Dubai ? Un coin de prédilection pour la mafia russe ?

Bon… en tout cas oui, il y a des prostituées russes dans les grands hôtels, moi perso j’en ai jamais vu accoudées au bar (de luxe) (mais mon cher et tendre si) (mais que de loin, hein :)), mais je vois régulièrement de jeunes demoiselles russes très peu vêtues avec de gros monsieurs bedonnants pas très glamour qui ont l’air d’avoir les moyens.

Pour faire respecter c’est simple (pour schématiser) : ce pays est composé d’une moitié d’expat Occidentaux et Indiens qui ont beaucoup à perdre : ils sont venus par choix, pour profiter de tous les avantages d’une ville d’affaire qui offre plage, soleil, luxe, grands appartements et souvent de gros salaires et pas mal d’avantages (mais pas toujours, mais c’est une majorité). Ces expats paient (cher) leur visa (en tout cas leur boîte), qui doit être régulièrement renouvelé. Ils ont donc peu de raisons d’aller saper le sol confortable sur lequel ils sont allongés au soleil.

L’autre moitié est composée de chinois, Pakistanais, Indiens de basse caste qui arrivent en grappe et vivent entre bus non climatisés, chantiers aux conditions très difficiles et barres de chambres collectives pas vraiment en très bon état. Dont on a confisqué le passeport. Leurs minuscules salaires sont renvoyés dans leur pays pour aider leur famille à vivre. Ces ouvriers ont donc très gros à perdre

Sans oublier qu’à Dubai, tout comportement illégal envoie en prison, pour quelques jours, jusqu’à l’éviction radicale du pays… Un libanais arborant un tee-shirt avec une femme nue l’a payé cher (prison + expulsion du jour au lendemain), comme cette histoire de « french kiss »dans un restaurant il y a qq mois.

Ca amène, JE trouve, un climat pas tjs très relax : dans ces dernières affaires, c’est une locale qui avait dénoncé le couple, et pour le libanais au tee-shirt « illégal », un local qui a usé de ses relations pour faire arrêter sur-le-champ le jeune « rebelle »…. Il n’a jamais eu le temps de retourner dans son appartement récupérer des affaires, passant de la prison à l’avion le ramenant dans son pays !

Pour les ouvriers, le sort est particulièrement difficile : être renvoyé dans son pays, c’est dire adieu à son job, mais aussi quel accueil dans son pays ? Quelle solution pour retrouver un salaire ?

Je vous rappelle qu’ici, on en est (encore) aux châtiments corporels comme les coups de fouet, les lapidations, et bien sur la peine de mort. Alors bien sur, celle-ci n’a aucune valeur dissuasive, comme nous l’a très brillamment fait comprendre Robert Badinter en son temps, mais ce sont les conditions générales ici, les situations (privilégiées ou au contraire très difficiles) des gens ici qui ont une valeur dissuasive, je pense.

J’avais lu un article dans un journal local un jour, qui expliquait aux parents comment apprendre à leurs enfants un minimum d’attitudes « sécuritaires », pour quand ils rentreraient dans leur pays d’origine !!! C’est tellement sécuritaire ici, les enfants peuvent s’éloigner, courir partout, parler à tout le monde… Le retour « sur terre » peut être difficile pour un enfant (et même les adultes) qui n »ont connu que ça…

Tous les Francais avec qui j’en parle sont unanimes : rentrer à Paris, c’est trouver tous les gens louches dans le métro, tenir fermement son sac, retrouver le réflexe de ne pas regarder les-dits gens louches dans les yeux, s’éloigner des rames de métro, faire attention le soir…. Surréaliste !! (et le fait de voir subitement la capitale française comme pas très sécuritaire finalement, pour un pays occidental…)

***

2. Personnellement, j’aime l’idée d’une multitude de « petits » métiers qui en France ont maintenant disparu. C’est plus gratifiant, socialement parlant, d’avoir un salaire à la fin du mois que de vivre du RMI. Certes, certains travails ont l’air ennuyeux mais je pense que ces personnes font ensuite vivrent toute une famille dans leur pays, payent des études ou simplement l’école aux enfants : et ça, cela fait oublier bien des heures d’ennui. Et le gardien de parking préfère sûrement cela au pénible travail sur les chantiers. Ensuite, travailler dans un pays où les syndicats n’existent pas, ce n’est pas une force pour les travailleurs.

Je suis bien d’accord, c’est pour ça qu’il est toujours futile de donner son avis sur les travailleurs ici… surtout quand on habite en Occident ! (comme le font les médias et bp de gens « bien-pensants »….). La situation n’est vraiment pas simple, les mentalités sont extrêmements différentes, notre regard d’Occidental nous aveugle souvent et nous fait tout voir de travers, même si on « pense bien faire », en les pleignant, en voulant changer la situation…

3. Le seul souci est, comme tu le soulignes si bien, le manque de contact humain. Et sûrement un certain mépris de la part des habitants de l’immeuble et de son employeur (cf. bureau tout pourri alors que tout est clinquant ailleurs). Par exemple, en France, les gardiens d’immeuble sont bien souvent des stars dans le quartier et des pros de la communication.

Peut-être la clé est-elle d’avoir une attitude juste humaine, sans chercher à juger, plaindre, prendre en pitié ou même mépriser… Essayer dans la mesure du possible d’instaurer des rapports humains, un sourire, une attention. Ne pas « ignorer » : ces ptits monsieurs (le « ptit » dans ma bouche n’a aucune connotation négative, c’est juste qu’ils sont souvent + petits que moi :)), qui bossent dans notre parking, lavent notre hall, notre lobby… nous leur disons bonjour et leur sourions comme nous le ferions en France avec n’importe qui. Nous nous écartons quand ils arrivent avec leur gros aspi, nous leur tenons la porte, bref, nous les considérons comme des êtres humains égaux, et pas comme des ouvriers ou des « non-expats » !!

Un peu comme les enfants : alors que les notres jouent parfois avec eux, leur disent hello, bye bye, what’s your name… je vois tellement d’enfants (locaux, indiens mais aussi d »occidentaux) qui les ignorent avec mépris… C’est simplement par imitation de leurs parents !

Ca amène un drôle de climat encore une fois : combien de fois un employé refuse de monter avec moi dans l’ascenseur ? Je dois insister pour qu’il s’autorise à rentrer aussi… Où en arrive-t-on ??

***

4. Personnellement, j’aime bien ma liberté et un certain anonymat. Alors je n’aimerais pas trop que l’on note mes heures de sortie. Et par extension avec qui tu rentres, tu sors, etc… Une liberté bien surveillée. Y a-t-il aussi des caméras ?

Il y a des caméras partout ! Ascenseur, pallier de notre étage (de tous les étages), hall d’entrée, parking… malls, etc…. C’est le royaume des caméras

Moi perso je m’en fous : je n’ai rien à me reprocher donc peu m’importe qu’on me filme ! Je comprends qu’on puisse ne pas vouloir être filmé (comme dans les débats en France il y a qq temps…) mais moi, notamment en france, je me dis que bp de ces mêmes personnes qui s’en plaignent seraient contentes en cas d’agression si la caméra les aidait par la suite à retrouver leur agresseur.

Donc ca ne me perturbe pas plus que ça. Comme les allées et sorties : si un type a envie de noter que je vais chercher les enfants ts les jours à 13h30 et que je reviens 40mns + tard, que je sors les lundis soirs pour aller faire les courses, ben ok… s’il trouve ça intéressant, je contente pour lui.

Mais oui, nous vivons clairement en « liberté surveillée » !!!!! Caméras, prison au moindre écart, climat de délation par certains locaux (je n’invente pas, qu’on ne vienne pas me le reprocher !!!!)….

Il n’y a que dans notre ascenseur qu’il n’y en a pas (enfin je crois !), alors j’en profite pour faire des petits bisous 🙂

Publicités

Actions

Information




%d blogueurs aiment cette page :