“On n’apprend a lire qu’une fois”

29 05 2010

Je vous avais parle du deuxieme article de Jean Duverger, qui s’occupe de la formation des professeurs de francais a l’etranger.

« On n’apprend a lire qu’une fois » porte + sur la cacophonie des methodes d’apprentissage dans les ecoles francaises a l’etranger, en l’occurence ici en Espagne :

La lecture du premier paragraphe devrait vous donner envie de lire la suite…(si vous vous interessez au sujet en tout cas !)

« (…) l’apprentissage des langues, à l’oral comme à l’écrit, en langue I comme en langue Il, sont des hauts lieux d’affrontements idéologiques, mettant en oeuvre des représentations de l’enfance contradictoires, des théories de l’apprentissage non moins contradictoires, sans compter des oppositions explicites ou non de type sociopolitique ou nationaliste »

« On n’apprend a lire qu’une fois » :

La formule choque ceux pour qui « apprendre à lire » renvoie à des représentations premières, à des mécaniques compliquées, à des réflexes conditionnées et des méthodes sophistiquées d’alphabétisation, mais elle ne choque pas ceux pour qui l’acte de lire et le processus de lecturisation signifient comportements complexes de relation à l’écrit et apprentissage social.
On n’apprend à lire qu’une fois, et c’est pour la vie ; car c’est une attitude profonde, par opposition aux comportements superficiels de l’alphabétisation qui, par voie de conséquence, sont essentiellement labiles (d’où l’analphabétisme de retour…)
On n’apprend à lire qu’une fois comme on n’apprend à marcher qu’une fois, quel que soit le support sur lequel on marche…

Bien sûr il y a des ajustements, des infléchissements, des affinements dans le processus de lecturisation. Car dire qu’on n’apprend à lire qu’une fois ne veut pas dire que tout est fini à 7 ans… On n’en finit pas d’apprendre à lire, comme on n’en finit pas d’apprendre à marcher, à nager ou à conduire une automobile…
Ce que cette formule veut dire, c’est que le comportement de lecteur et la relation à l’écrit, sont les mêmes pour un même individu, à un moment donné, quel que soit le support écrit.

De la même façon, dire qu’on n’apprend à lire qu’une fois ne veut évidemment pas dire que si on a appris à lire convenablement dans une langue, on va lire ipso facto impeccablement dans toutes les langues… Ca se saurait. Cela veut simplement dire que les comportements de lecteur sont complètement transférables (…). Les compétences de lecturisation sont immédiatement mobilisables.

Voila qui a fini de me rassurer sur l’apprentissage de la lecture en anglais, par Eliott

Reste que si vous avez eu un enfant dans ce cas-la, ou si vous-meme avez appris a lire dans une autre langue avant votre langue maternelle, je suis preneuse d’info et de conseils !!!


Publicités

Actions

Information

2 responses

30 05 2010
Elena

Bonjour Marie,
je n’ai pas des plaisirs fous à laisser mes commentaires à droite et à gauche sur le blog, même si je le visite quotidiennement. mais l’argument du bilinguisme me titille un peu.
Grande surfeuse du net que tu est j’espère que tu est tombée sur ce livre, à mon avis, le plus complet dans toutes les domaines: le parlé, la lecture, la scolarisation…ect…ect.

http://www.amazon.fr/dp/2707156523?tag=enfantsbili0b-21&camp=2910&creative=19482&linkCode=as4&creativeASIN=2707156523&adid=04B7E317MPFGYZMEJH4J&

Et aussi il y a ce site que j’aime visiter de temps à autre:

http://www.enfantsbilingues.com/

Tu me pardonnera, j’espère, les fautes « niveau CP » dans mon orthographe.

A bientôt.
Elena

3 06 2010
Elena

Bonjour,
as-tu trouvé des réponses à la grande question du bilinguisme d’Elliot?

Elena




%d blogueurs aiment cette page :